Le coq à l’Assemblée nationale

Il y a quelques jours j’ai fait partie d’un groupe invité par un député à visiter l’Assemblée nationale. Il est toujours intéressant pour un citoyen de base de visiter un lieu de pouvoir.

Badge visiteur de l'Assemblée nationale

La visite à peine commencée nous sommes tombés sur Jean Lassalle, député des Pyrénées atlantiques et candidat à la présidentielle. Il s’est jeté sur notre groupe, tonitruant sa cordialité surjouée avec le masque sous le menton alors que toutes les autres personnes que nous avons croisées en ce lieu respectaient scrupuleusement les gestes barrières. Apparemment le mot exemplarité ne fait pas partie de son vocabulaire. Il m’a fait l’effet d’un clown pathétique. À voir ce tweet, je ne me suis pas trop trompé :

Ce qui est impressionnant chez Jean Lassalle c’est avant tout cette incroyable force de conviction.
On sent le mec qui y croit ! https://twitter.com/ehllian/status/1488639485537624065?s=20&t=PPVzY_dK-OYUdK6ti1bkNw

Et dire que ce bouffon a 471 parrainages au moment d’écrire ces lignes.

La visite se poursuit par les salles du palais Bourbon :

  • les salons qui donnent accès à l’hémicycle, salon Pujol pour les députés de droite, salon Delacroix pour les députés de gauche,
  • salle des Mariannes où figure une collection de Mariannes comme il y en a dans toutes les mairies de France,
  • salle des Quatre-Colonnes où on voit souvent les journaliste alpaguer les députés pour obtenir une déclaration,
  • la bibliothèque (magnifique),
Bibliothèque de l'Assemblée nationale

Et enfin l’hémicycle :

Ce qui frappe c’est le luxe suranné de ce lieu, le siège du président de l’Assemblée avec ses accoudoirs dorés, les rangs de député(e)s avec leurs sièges de velours rouges et leurs pupitres minuscules comportant juste les trois boutons de vote (oui, non, abstention). Si on oublie les écrans et les caméras fixés sur le mur du fond on pourrait se croire au XIXème siècle.

Comme il n’est plus question, au XXIème siècle que les député(e)s soient enseveli(e)s sous des montagnes de papier (projets de loi, amendements, rapports) les huissiers leurs distribuent des tablettes à l’entrée de la salle qu’ils(elles) doivent rendre à la sortie.

J’ai pu visiter d’autres hémicycles :

  • Conseil régional d’Alsace avec toute l’informatique nécessaire intégrée dans les pupitres des conseillers
  • Bundestag : cet hémicycle donne une impression de vastitude, semble vraiment spacieux par rapport au palais Bourbon.

La République française semble figée dans un cérémonial suranné. Exemple : avant chaque séance de l’après-midi le président de l’Assemblée se rend dans l’hémicycle par la salle des Pas Perdus entre une haie de gardes républicains.

Autre exemple de protocole monarchique. Notre guide qui fut conseiller du premier ministre avant d’être député a assisté à des réunions dans le salon vert de l’Élysée. Rappelez-vous, le salon vert où a été enregistrée cette vidéo :

Si vous voulez revoir la vidéo cliquez sur l’image

Dans ce salon le président à un fauteuil avec accoudoirs, le premier ministre assis en face de lui a le même fauteuil sans accoudoirs, les ministres assis autour d’eux ont des chaises capitonnées mais sans dossier rembourré, les conseillers, au deuxième rang des chaises pliantes.
Du temps où il était conseiller notre guide a pu assister au même genre de réunion à la chancellerie d’Allemagne. Tout le monde a la même chaise, la chancelière, le président, le dernier des conseillers. Et pourtant c’est la France qui a le mot « Égalité » dans sa devise.

Question d’un membre de notre groupe : « Y-a-t’il un autre pays européen avec un tel décorum pour ses institutions politiques ? ». Réponse : l’Angleterre. Mais l’Angleterre est une monarchie millénaire. En France on a coupé la tête à un roi !

Peut-être faudra-t-il changer de décor pour entériner une VIème République !

Laisser un commentaire