Karine Lacombe nous explique le covid

Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris, fait partie de ces médecins qu’on voit très souvent dans le média, plus souvent que dans son service ? Dimanche elle était invitée sur LCI.

Karine Lacombe au Grand Jury LCI

Le Grand Jury du dimanche 24 janvier 2021

Je note qu’elle évite soigneusement de contredire le gouvernement.

Exemples :

Il semble qu’à la fin janvier nous n’échappions pas à un nouveau confinement. À la question s’il faut un confinement strict comme en mars 2020 ou un confinement light comme en octobre 2020, elle répond : « Je pense qu’un confinement comme on en a eu un en octobre permettrai de faire un compromis entre les nécessités sanitaires et les besoins d’une vie économique, un maintien des écoles ouvertes… »

Primo, nous sommes déjà en couvre-feu à 18H00. Tout ce qui n’est pas commerce est fermé. Alors un confinement comme en octobre, je ne vois qu’une différence : fermer les salons de coiffures, les librairies, trimballer des attestations toute la journée, 1 km pour promener son chien ou faire du jogging. Quel intérêt ?

Deuzio, je rappellerai à Madame Lacombe que le président avait fixé comme objectif à ce deuxième confinement de descendre en dessous de 5000 contaminations par jour, objectif qui n’a jamais été atteint. J’en déduis qu’on aura droit à un confinement interminable et inefficace.

La grande question : « Est-ce que les écoles resteront ouvertes ? » Avec moultes précautions sur le caractère indispensable de l’école pour les enfants Karine Lacombe nous explique que : « On a des données qui montrent qu’en maternelle et en primaire, il n’y a pas de contaminations majeures. » Quelles données ? Elle nous parle ‘ »renforcement des règles d’hygiène ». Les mêmes âneries que Jean-Michel Blanquer : un flacon de gel hydroalcoolique par classe et ouvrez les fenêtres.

Les données ne sont pourtant pas difficiles à trouver. Sur Géodes Santé Publique France on apprend que dans la semaine du 11 au 17 janvier 2021 on a trouvé 4402 positifs sur 52889 enfants de moins de 10 ans testés, ce qui fait un taux de positivité de 8,3%. À titre de comparaison le taux de positivité pour l’ensemble de la population est de 6,6%. Et les 10-19 ans (collégiens, lycéens) qui pour Madame Lacombe posent plus de problèmes n’ont un taux de positivité que de 7,5%. Comme Jean-Michel Blanquer qui plastronne dans les média avec un taux complètement bidon de 0,3% prétendra-t-elle quils.elles se contaminent en famille et, jamais, au grand jamais, n’apportent ce virus à l’école.

À titre de comparaison les écoles allemandes n’ont pas repris en janvier et resteront fermées jusqu’au 14 février, ce qui contribue peut-être à expliquer que l’Allemagne soit sur une pente descendante des contaminations après des mois de novembre et décembre très difficiles.

Un an bientôt a passé et les branquignolades continuent.

Laisser un commentaire